La mission première des Écoles de la 2e Chance est de permettre aux jeunes adultes sortis du système scolaire, sans diplôme et sans qualification, de trouver le métier de leur choix. L’accès à ce métier choisi peut se faire soit en intégrant une formation qualifiante, soit en entrant directement en emploi.

Pour atteindre cet objectif, l’implication du monde de l’entreprise dans le dispositif des  Écoles de la 2e Chance est primordiale. Il s’agit d’un des principes de base des E2C, inscrit dans la Charte des principes fondamentaux.

L’insertion des jeunes sur le marché du travail reste difficile

Un taux d’activité faible, un taux élevé de décrocheurs, un « sur-chômage » qui ne diminue pas… La situation des jeunes sur le marché du travail s’est dégradée et leur insertion professionnelle est plus compliquée en France qu’ailleurs en Europe.

Selon le dernier rapport élaboré par France Stratégie et la DARES (service des statistiques du ministère du Travail), le taux de chômage des moins de 25 ans a été multiplié par 3,5 en 40 ans. De même, le taux d’activité des 15-24 ans est faible par rapport à la moyenne européenne (4.5 points en moins).

 

Le faible taux d’activité des jeunes en France peut s’expliquer par plusieurs facteurs :

  • les mutations structurelles du marché du travail,
  • des freins socio-économiques (détention des compétences de base, capacité de mobilité, maîtrise du numérique, logement…),
  • un faible cumul emploi-étude qui entraîne des difficultés pour passer de la formation à l’emploi.

 

Le rapport sur l’insertion professionnelle des jeunes a aussi relevé que la proportion des NEET (Neither in Employment, Education or Training),  jeunes de 15 à 29 ans qui ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation est plus élevé en France (15%) que dans les autre pays de l’UE et n’a pas reculé depuis 2013. Les jeunes les moins diplômés connaissent un taux de chômage 3 fois plus élevé que ceux de l’enseignement supérieur. La qualification joue un rôle encore plus déterminant que la tranche d’âge pour l’accès à l’emploi.

« Le « vrai » point noir pour la France, ce sont les 13,8 % des 20-24 ans au chômage – un sur-chômage qui persiste encore dix ans après leur entrée sur le marché du travail – et les 15 % des 15-29 ans qui ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation (les NEETs). » L’insertion professionnelle des jeunes, janvier 2017, France Stratégie

 

Une des solutions préconisées pour favoriser l’insertion professionnelle des jeunes, et mise en place dans le dispositif des E2C, est le renforcement de l’apprentissage : 40% du temps de parcours des stagiaires dans les E2C est passée en entreprise. L’apprentissage permet non seulement une meilleure connaissance du monde du travail pour les stagiaires mais aussi de favoriser la définition de leur projet professionnel et donc leur insertion professionnelle.

Offrir une adéquation entre besoin des entreprises et attentes des jeunes

Les jeunes en situation de décrochage scolaire qui intègrent une E2C ont la volonté de trouver un emploi, mais ont souvent une méconnaissance du monde de l’entreprise. L’orientation du stagiaire vers tel ou tel secteur n’est pas définie à l’avance, l’E2C travaille donc avec l’ensemble des secteurs professionnels. La finalité de l’École de la 2e Chance est de rapprocher les jeunes de l’entreprise. Le rôle et l’implication des entreprises dans le projet des Écoles de la 2e Chance et dans le parcours des jeunes sont déterminants.

 

Les entreprises, de la TPE à la grande entreprise, de tous secteurs, peuvent participer à l’accompagnement du jeune vers le monde professionnel. Certaines d’entre elles permettent aux jeunes de visiter leurs locaux et d’échanger avec leur personnel. D’autres choisissent de participer aux jurys qui permettent aux jeunes d’intégrer l’E2C. Tout au long du parcours, l’entreprise accompagne les jeunes et leur permet de bénéficier de stages. Il peut s’agir de stages de découverte, destinés à donner un aperçu du métier, ou de stages plus approfondis qui apprennent aux jeunes le métier qui correspond à leur projet professionnel. À l’issue de ce stage, le stagiaire confirme son projet professionnel et peut entamer un processus de recherche d’emploi ou d’une formation professionnelle qualifiante pour accéder au métier choisi pendant le parcours, si celui-ci ne débouche pas sur une proposition d’embauche.

 

Cette interactivité permanente entre professionnels et jeunes en quête d’insertion favorise le dialogue entre ces deux acteurs en  permettant une meilleure compréhension des attentes de chacun.

 

Vous souhaitez connaître les différents moyens qui s’offrent à vous pour accompagner le Réseau E2C France dans sa lutte contre le décrochage scolaire des jeunes de 16 à 25 ans ? Venez découvrir comment agir pour les jeunes en voie d’exclusion :

Témoignages de professionnels

L’Éducation est une clé de l’avenir, l’avenir des êtres humains, l’avenir des entreprises, l’avenir du pays tout entier.  À l’extérieur de notre groupe, nous soutenons de grandes initiatives en faveur de la formation des jeunes comme le Réseau des Écoles de la 2e Chance. Je suis impressionné par la réussite et par le développement des Écoles de la 2e Chance (E2C) ainsi que par la motivation et l’enthousiasme des jeunes qui y participent.

Tout ce que peut faire La Poste pour accélérer au développement et élargir les programmes des E2C, la Poste le fera.

Philippe WAHL, Président Directeur Général du Groupe La Poste

Pour nous, ce qui est très important c’est la méthode : la co-construction. C’est travailler tous ensemble, tous les partenaires ensemble. Mais c’est aussi, lorsqu’on a une bonne pratique, qu’elle puisse se déployer sur l’ensemble du territoire, sur l’ensemble des sites, une sorte de transversalité. Et c’est tout à fait en miroir de ce que nous avons, comme problématique dans le groupe SNCF. C’est cette co-construction que la Fondation SNCF soutient dans les Écoles de la 2e Chance.

Patrick JEANTET, Président délégué du Directoire SNCF, Président Général de SNCF Réseau et Président de la Fondation SNCF

Focus : Table ronde entre des professionnels et des stagiaires lors de l’événement national citoyenneté du 3 novembre 2016.

La table ronde « Jeunes et entreprises : un défi citoyen » a permis aux représentants du monde économique, mais aussi aux stagiaires des E2C de s’exprimer sur leurs perceptions et attentes vis-à-vis de l’accès au premier emploi et de la problématique de l’égalité des chances. Venez découvrir leurs échanges : Evènement national des e2c : un événement fort en échanges et en témoignages